vendredi 30 mars 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 4

4/ Le Cerf blanc aux quatre lions

le-cerf-plumes

Mosaïque du Cerf aux quatre lions plumes.au.vent.xooit.fr

Dans l'église de Tréhorenteuc, du côté ouest, une immense mosaïque occupe tout le fond de la nef. Le cerf blanc aux quatre lions date de 1955, il a été réalisé par Jean Delpech sur commande de l'abbé Gillard.

Cette scène évoque la vision de Galaad, fils de Lancelot et chevalier au coeur pur qui au cours de la quête du Graal, dans la forêt Gaste rencontre cette "merveille". Avec ses deux compagnons, ils suivent le cerf et les lions dans une chapelle où un vieux prêtre commence une messe, ils découvrent que le Cerf est le Christ et les lions sont les quatre évangélistes.

Ainsi on retrouve sous une autre forme le Christ au centre du Tétramorphe qui est un condensé du Zodiaque.

Edip
Christ et Tétramorphe sged.bm-lyon.fr/Edip.BML


Dans le roman de Lancelot, cette scène est annoncée par Lancelot qui aperçoit aussi le cerf, une prédiction lui révèle que seul son fils connaîtra le sens de cette apparition.

Symbolique du cerf
Le cerf blanc apparaît à plusieurs reprises dans les récits de la Table Ronde. Il est le prélude à des aventures auxquelles sont confrontés les chevaliers, il représente la quête du dieu mystérieux, caché sous des apparences animales, le Christ. De même, dans les mythes celtes, il est le messager de l'Autre monde qui fait basculer le destin de ceux qui le rencontrent. Il est aussi un animal psychopompe: il conduit les âmes vers leur dernière demeure.
Le cerf est en rapport avec l'ouest, le coucher (ou mort) du soleil attribué au pays des morts et l'automne. Il est en effet associé à la mort et à la résurrection du fait de ses changements cycliques de ramure.

Pour les celtes, c'est un animal solaire, dont les transformations symbolisent les saisons. Il est au maximum de son développement et de ses capacités reproductives en automne, avec des bois triomphants alors que la terre se dépouille de sa végétation qui doit mourir avant de renaître.

Il était représenté dans la constellation du Cerf regroupant l'ensemble de la Balance et du Scorpion actuel et le soleil entrait dans ce Signe lors de la fête de Samain, grande fête celtique de fin-début d'année.

Constellation-Cerf-zodiaque-nancy
Constellation celte du Cerf zodiaque-nancy.blogspot.fr

Les traditions celtes en rapport avec le cerf sont riches, surtout autour du dieu Cernunnos: du Cornu arborant des bois de cerf au chaudron de résurrection. Arthur lors du rituel de Beltane assume le rôle du dieu-cerf qui épouse rituellement la déesse (rôle tenu par Morgane sa demi-soeur). Merlin lui-même apparaît parfois monté sur un cerf ou se transforme en cerf.

Dieu-Cerf-Gundestrup-mythocern3
Dieu-cerf, chaudron de Gundestrup zodiaque-nancy.blogspot.fr

En alchimie, le cerf blanc désigne le premier mercure de l'oeuvre au blanc, le servus fugitivus (esclave fugitif) par analogie avec le cervus fugitivus (cerf fugitif).
C'est le mental ou âme psychique des anciens qui menace toujours de s'échapper, de nous entraîner dans les aventures de l'inconscient et surtout qui résiste à l'intégration dans la conscience.

Pour en savoir plus sur le cerf dans le monde celte, voir ici.

Symbolique du lion
Le lion est un symbole de courage et de noblesse, c'est aussi un symbole solaire et il est associé à la résurrection (on disait au Moyen-âge que les lionceaux naissaient morts et qu'ils étaient ramenés à la vie au troisième jour par leur père).

En alchimie, le lion rouge est associé au Mercure philosophique qui représente le lien entre le monde de la matière et celui de l'âme prenant conscience du processus d'intégration sur son chemin vers le centre caché.

La mosaïque du cerf blanc aux lions
C'est le décor le plus impressionnant de la chapelle du Graal de Tréhorenteuc et dans sa simplicité apparente, il est d'une force symbolique évidente. Les Questeurs de Brocéliande disent qu'il relie la quête du Graal christianisée et la quête païenne oubliée. Regardons plus attentivement: le cerf porte une croix d'or, il a une auréole tout comme les lions.

Image 3

Mais dans son auréole figure une croix et ses bois finissant en Y sont orientés pour suggérer la possibilité d'une figure à 8 branches. L'étoile au-dessus de sa tête comporte sept pointes.

Image 2

Cerf et Etoile à sept pointes

Au premier plan on distingue le perron de la fontaine de Barenton. L'eau prend une forme de croissant de lune. Les arbres représentent la clairière.

Image 1

Nous avons vu dans un des tableaux arthuriens de l'église que le chevalier au lion, Yvain, est le gardien de la Fontaine de Barenton, il figure dans la partie "coupe-graal" du tableau.
Le croissant de lune associé à l'eau est un symbole de la Déesse.

Royauté et chasse au cerf
L'épisode chrétien de la chasse au cerf concernait Galaad, mais Chrétien de Troyes dans son premier roman Erec et Enide, qui est aussi un des premiers romans courtois, parle d'une chasse au cerf tout à fait déterminante puisqu'elle est le préalable au choix du chevalier qui épousera la femme représentant la souveraineté du pays et la déesse, (il s'agit donc d'un mariage sacré ou hiérogamie), on y apprend aussi la façon dont le brave chevalier Yvain est devenu le chevalier au lion. Enfin, la chasse au blanc cerf y est clairement établi comme un rituel de royauté sacrée, le héros avait droit au morceau royal, la hanche de cerf.

Selon les Questeurs de Brocéliande, cela avait un rapport avec le Graal. Dans le roman Perceval ou le conte du Graal de Chrétien de Troyes, lors de l'apparition du Graal dans le château du Roi pêcheur, le premier mets servi est de la hanche de cerf au poivre. Perceval en ne participant pas au rituel qui se joue devant lui se dérobe en fait à cette hiérogamie qui n'a plus lieu d'être dans un contexte devenu chrétien. (Voir ici)

En conclusion, le cerf blanc qui était considéré dans l'optique païenne comme le messager de l'autre monde (et de la déesse) désignant le roi est maintenant le Christ lui-même et c'est lui qui oriente les aventures des chevaliers engagés dans la quête du Graal.

Posté par chantsdamour à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 4 avril 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 5

5/ Tréhorenteuc et son territoire

D'après les Questeurs de Brocéliande il fallait considérer l'importance du territoire de Tréhorenteuc pour les hommes anciens (ceux des mégalithes en particulier) selon sa géographie particulière et ses rapports avec le paysage environnant. Dans le groupe la discussion fut animée, en voici l'essentiel:


- Localement on dit que ce nom de Tréhorenteuc signifierait Trois chemins ou Trois voies.
- Les trois chemins sont un concept de la culture bretonne, au carrefour des trois routes se tient l'entrée dans l'Autre monde. On y est à la croisée des chemins sur un plan concret et par analogie sur le plan des idées, cela impose de choisir une direction, avec le risque de se tromper.
Enfer ou Paradis, c'est parfois l'enjeu d'autant que ce carrefour est aussi considéré comme le lieu des âmes errantes et des morts dans les légendes.
- C'est en effet un lieu d'orientation et cela m'évoque dans une autre culture, les "trois pas de Vishnou" dont on dit que deux sont visibles, pas le troisième.
- Mais ces trois pas s'appliquent aux trois mondes, donc à la dimension verticale de l'univers, pas à l'orientation terrestre.
- Bien sûr que si, Vishnou est un dieu solaire, ses trois pas évoquent aussi la répartition de l'année en deux tiers clairs et un tiers sombre, (l'hiver). Et le même symbolisme existait chez les celtes.
- Dans ce cas, Tréhorenteuc pourrait être le peuple des trois orients. Oran(t) pour les prières dans les trois directions de l'orient déterminant le parcours du soleil, les deux solstices et l'axe des équinoxes.
- Avant d'examiner cette hypothèse, revenons d'abord au breton, Tréhorenteuc se nomme Trec'horanteg et on dit que c'est "le pays de la charité" (karanteg en breton, charité étant entendu comme "amour"). C'était un centre de distribution d'aumônes dépendant de l'abbaye de Paimpont.
- Sur le plan géographique et historique, Tréhorenteuc est à l'ouest de la forêt de Brocéliande et c'est le défrichement de cette forêt qui a entraîné l'installation d'une paroisse à cet endroit. Son territoire englobe toutes les communes environnantes, dont Pertuis-Néanti, Néant-sur-Yvel, Folle-Pensée et Barenton. De nombreux vestiges mégalithiques existent sur son territoire, ce qui atteste d'une occupation humaine ancienne (néolithique) et du développement important d'un culte mégalithique puis celtique avant d'être chrétien.
- Sur les sommets entourant Tréhorenteuc on trouve au nord, vers Pertuis-Néanti, une butte avec le Jardin aux Moines, un espace quadrangulaire mégalithique de grande taille dont il ne reste que quelques pierres délimitant le pourtour, et tout près les restes de trois tumulus néolithiques sur la Butte aux tombes. Vers le sud, nous avons déjà parlé du Tombeau des Géants et de l'Hotié de Viviane. Dans la même zone, à Campénéac, commune limitrophe, se trouvait un dolmen à couloir (allée couverte) de 10m de long (détruit pour faire une route).

 

Jardin_aux_Moines-tourisme-broceliande

Jardin aux Moines (tourisme-broceliande.com)

- Tréhorenteuc est à l'ouest de Brocéliande, cela n'a donc aucun sens par rapport à l'orient, c'est-à-dire l'est, qui déterminerait son nom.
- Sauf si on cherche un lieu important pour le culte mégalithique plus à l'ouest et pour lequel sur le territoire de Tréhorenteuc se trouverait des points de repère de levers de soleil remarquables.
- Et ce lieu est forcément Néant, ce nom signifiant en fait Németon, c'est-à-dire un sanctuaire gaulois.
- En effet le németon est un temple astronomique en plein air où se tiennent des rituels sacrés. Localement on trouve la forêt, donc au moins une clairière, une étendue d'eau (le miroir des fées entre autres), des points hauts d'où observer le soleil (en particulier le siège de Merlin dont la légende a conservé le souvenir de cette activité) et de nombreux vestiges de monuments mégalithiques importants.
- Voici la carte du territoire de Tréhorenteuc et le schéma des trois voies solaires ou plutôt célestes puisque les trois voies étaient aussi dédiées à la Lune. Hécate sous ses trois formes était honorée sous le nom de Trivia. Et c'est toujours ainsi, dans l'histoire des premiers temps des religions, astronomie et théologie sont mêlées.

Carte du territoire de Tréhorenteuc, géoportail.fr

géoportail

Carte de Tréhorenteuc, géoportail.fr

1Tréhorenteuc-géoportail

 

Schéma: géométrie solaire (parallèle de 48°)

Les trois voies, rectangle solsticial

- Donc en terme d'astronomie, les trois voies sont les lignes des visées solsticiales. A Tréhorenteuc ça donne quoi?
- Pour Tréhorenteuc qui est situé à 48° de latitude, le lever solaire se situe à "55° est" en été, "127° est" en hiver.
Voir la trajectoire du soleil selon les latitudes ici.
- Et cela correspond à des points remarquables au sol?
- Si l'on situe le németon vers Néant, nous avons près de Saint-Michel une butte d'une centaine de mètres qui fait un point d'observation vers l'est. Tréhorenteuc est alors sur la ligne des équinoxes (comme nous l'a indiqué Sainte Onenne et la déesse celtique de l'équinoxe la précédant, Onionna).
La ligne du solstice d'été se dirige vers la Butte aux Tombes (146 m) près du Pertuis Néanti et se prolonge jusqu'à la fontaine de Barenton, (autrefois Belenton, évoquant le dieu solaire Bélénos christianisé en Saint Jean).
Celle du solstice d'hiver se dirige vers les hauteurs du Val sans Retour, donc vers le siège de Merlin et se prolonge vers la Butte de Tiot (190 m) près de Saint-Jean, sa chapelle et sa fontaine.
- Oui et avec Saint Jean on retrouve encore Campénéac, cette chapelle et son ermitage du VI°siècle, qui signe la récupération d'un très ancien culte. C'est à Campénéac que l'on trouvait l'allée couverte et dans l'église, le diable soutient la chaire!
- Certes, mais revenons au "rectangle solsticial", déterminé par ces lignes de visée il présente une géométrie particulière selon les latitudes. En remontant vers le Nord, leur X tend vers le I, les deux lignes se confondent sur l'Axe du monde. En descendant vers le Sud le X devient un trait horizontal sur l'équateur. (C Mandon ici)
Ainsi à Jérusalem (environ 32° de latitude), le rectangle solsticial est quasiment de 1 par 2, c'est un double carré.
En Irlande (plus de 55° de latitude), cela devient un carré.
- Oui et sur le 48° parallèle, la différence entre les deux lignes des solstices est de 72° qui est l'angle principal du pentagone, figure fondamentale liée au Nombre d'or et à la grande Déesse. Par ailleurs, entre la ligne d'un solstice et celle de l'équinoxe on observe le Triangle sacré ou Triangle 3-4-5 ou Equerre des charpentiers.
Est-ce le németon du territoire de Tréhorenteuc qui a motivé l'abbé Gillard à le placer au centre de sa carte de Brocéliande dès les années 50? A ce jour ce németon est toujours une hypothèse, mais avec de fortes présomptions.

Brocéliande Gillard


Carte Brocéliande selon l'abbé Gillard

En Pdf ForA_tde_BrocA_liandeFIGCalvezsansillustrations.pdf

Noter sur cette carte le signalement de la Butte aux Tombes dessinant un triangle avec Néant et de l'autre côté Saint-Michel (traditionnellement associé à une hauteur d'observation astronomique et remplaçant souvent des Monts Mercure).
Et pour ceux qui voudraient comprendre cette notion de centre sacré d'observation solaire, à cette même latitude, en bord de mer, se déroule le Festival du Solstice d'été de Plouharnel (liens dans le message ici)

- Signalons que Chartres et sa Cathédrale primitivement dédiée à la grande Déesse mère puis à la Vierge noire est aussi sur le 48° parallèle ce qui détermine son architecture. En effet la coudée est localement déterminée par référence à cette "géométrie solaire", le rectangle solsticial étant subdivisé en coudées (avec un nombre rond pour faciliter les calculs, la coudée étant la mesure d'environ un avant-bras).
Sur Chartres, voir ici.

Pour en savoir plus, voir ici une page excellente (pratique) sur méridien, parallèle, leur brève histoire...

- Nous l'avons perçu dans le narthex de l'église de Tréhorenteuc grâce à Fernand, tout est relié par le Nombre, le poids et la mesure.
Le Nombre définit l'harmonie et relie les proportions.
La Mesure est en rapport avec les astres et en particulier le soleil.
Et même le Poids pour les anciens était lié à la Mesure de longueur (par référence à une unité fonctionnelle: combien de grains de blé mesurant ... pour faire tel produit)
- Notre défi actuel est de relier intellectuellement la pensée basée sur l'expérience et l'intuition des phénomènes naturels à la connaissance mythique et traditionnelle. Que l'esprit de Merlin nous guide sur le chemin de la connaissance unifiée, seule à même de nous donner une représentation globale qui nous réconcilie avec le monde et notre place en son sein.

Posté par chantsdamour à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 12 juillet 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 6 (1° partie)

 Le lendemain de notre réunion mémorable et riche d'enseignements, je retrouvais Fernand sur la place de l'église de Tréhorenteuc sans que nous ayons convenu d'un rendez-vous. Il avait une apparence décontractée plus présentable que la veille. Il était accompagné d'une femme de très petite taille qui le faisait paraître d'autant plus grand. Elle s'éclipsa dès qu'il me repéra en faisant un grand signe de la main pour que je vienne le voir.

Je lui confirmais mon désir d'accéder à certains de leurs documents, aussi sans perdre de temps, il me conduisit dans la maison relais des Questeurs de Brocéliande et me conduisit par un escalier un peu raide vers une pièce cernée de rayonnages couverts de livres, dossiers et cahiers soigneusement étiquetés. Chaque espace était occupé par des documents, au-dessus de la porte, sous la fenêtre, autour du radiateur, c'était manifestement un lieu de stockage, mais aussi un lieu de travail solitaire possible : une planche de bois nue posée sur tréteaux et un siège de secrétaire à roulettes occupaient le milieu de la pièce. Un escabeau et un solide pupitre complétait l'équipement.

Fernand me guida dans la découverte des secrets de sainte Onenne basés sur l'observation des éléments de décor de l'église qui l'évoquaient. Cette omniprésence d'une soi-disant sainte, plus en rapport avec un culte ancien d'une fête de printemps qu'avec une tradition chrétienne, m'intriguait.
Après avoir sélectionné le dossier correspondant, Fernand m'accompagna dans l'église. Une partie des bancs avaient été retirés du côté ouest. Il me fit remarquer l'ordre particulier des vitraux puis il me laissa. Je me mis au travail alternant l'observation directe de ces vitraux voulus par l'abbé Gillard (pour offrir l'exemple d'une vie chrétienne au-delà même de l'histoire personnelle d'Onenne) et la lecture des documents de Fernand.

Histoire de sainte Onenne en vitraux, une vie chrétienne exemplaire
Sur le mur du Sud, les deux premiers des six vitraux racontant la vie de sainte Onenne encadrent l'entrée habituelle, le suivant est dans la partie ouest isolée de la nef par une paroi percée de trois ouvertures, le narthex.
Pour la suite, il faut revenir dans la nef et reprendre sur le mur Nord en symétrie par rapport au trois premiers. Le dernier est donc aussi dans la partie ouest.

Marie-Duval

Chapelle du Graal depuis l'autel. (Marie Duval), vue de la partie ouest.

eglise-du-graal-plumes

Chapelle du Graal (plumes.au.vent.xooit.fr), vue de la partie est et chapelles latérales

1

Vitrail de la chapelle de la Vierge (nord): Celle qu'aima sainte Onenne

 

Plan

Plan de l'église de Tréhorenteuc, chapelle du Graal

DA

Vitraux 4 ou D (nord) et 1 ou A (sud)

EB

Vitraux 5 E et 2 B

FC

Vitraux 6 F et 3 C

Vitraux de la vie de sainte Onenne (cliquer sur l'image pour l'agrandir) ou photos à voir sur le site guer-coetquidan.pagesperso-orange.fr

Voici dans l'ordre les épisodes de la vie de Sainte Onenne complétés par les signes zodiacaux repérés dans un message précédent (ici) et mis en correspondance avec des Idées sacrées (1)

Première série : Perception et choix du divin par Sainte Onenne
A Sainte Onenne change d'habits avec une pauvresse : Grâce et prédestination de la jeune princesse.
Bélier

B Sainte Onenne recevant le baiser de la Vierge : Volonté divine s'exprimant dans la vie de la jeune fille.
Verseau

C Sainte Onenne recevant la bénédiction de Saint Elocan : Union à Dieu comme engagement de vie.
Cancer
 
Deuxième série : Expérience particulière du divin par Sainte Onenne
       
D Sainte Onenne défendant son honneur : Providence divine s'exprimant concrètement.
Bélier

E Sainte Onenne montrant son testament : Confiance en Dieu, sainte Onenne renonce à ses biens au profit des pauvres.
Verseau

F Enterrement de Sainte Onenne : Accomplissement en Dieu : accès à la vie éternelle en Dieu, sanctification après sa mort.
Cancer

(1) Document ici
 
Hypothèse d'interprétation des signes zodiacaux des vitraux de Sainte Onenne:
Nous observons que les signes zodiacaux sont en face à face. Voici leur répartition et certaines de leurs caractéristiques :

A et D : Bélier
Marque le début du Printemps (équinoxe), c'est un signe de Feu
Plan Physique, Elan vital
Le Bélier est le 1° signe du zodiaque et correspond à l'ère précédant l'ère du Christ (celle des Poissons), c'est une ère païenne.

B et E : Verseau
Signe d'Hiver (milieu), c'est un signe d'Air
Plan Intellectuel, Idéalisme
Le Verseau est l'ère annoncée pour le retour du Christ, celle où il règnera sous le signe de l'Amour.

C et F : Cancer
Signe du début de l'été (sostice), c'est un signe d'Eau  
Plan Spirituel, Transcendance, monde invisible
Le Cancer est la porte des hommes (qui correspond au solstice d'été) sur l'axe zodiacal des solstices. C'est une des deux portes cosmiques de cet axe et c'est la porte des humains ordinaires.

On remarque la présence de :
Deux signes cardinaux (d'entrée dans les saisons, symbolisée par la croix des points cardinaux).
Le signe du Bélier qui avec le signe de la Balance correspond à l'axe des équinoxes
Le Cancer ... Le Capricorne : axe des solstices
Un signe fixe (comme les autres signes de milieu de saison, ce signe appartient aux signes de la croix des fixes.
Le Verseau ... Le Lion : c'est aussi un des axes des 4 vivants (ou évangélistes) du tétramorphe que l'on retrouve dans le grand vitrail du choeur avec l'ange à tête d'homme (Verseau - air), le Taureau (Taureau - terre), le Lion (Lion, feu) et l'aigle (assimilé traditionnellement au Scorpion, eau)

Tétramorphe-st-trophimeArles-rolpoup1

Tétramorphe-st-Trophime-Arles-rolpoup1.blogspot.fr

t3m

Vitrail du choeur t3m.voila.net

Notons que ces signes de la Croix des Fixes correspond à la croix des fêtes celtiques:

Sur ce vitrail, de bas à gauche en haut à gauche puis de haut à droite à bas à droite

Lugnasad 1 Août Signe du Lion
Samain 1 Novembre Signe scorpion anciennement nommé Aigle
Imbolc 2 février Signe du Verseau
Beltaine 1 Mai Signe du Taureau

Je continuais à chercher les oeuvres en rapport avec sainte Onenne dans l'église, je relevais dans la partie est et le choeur (voir plan) :
La Chapelle de la Vierge : Vitrail de la Vierge avec l'inscription: Celle qu'aima sainte Onenne (Nord, côté lunaire et féminin)
La statue de sainte Onenne, choeur à gauche (Est), celle de son frère saint Judicaël est à droite.
Le tableau : sainte Onenne en famille, mur droit (Sud, côté solaire et masculin)
La Chapelle du Saint-Sacrement : bannière de sainte Onenne et saint Eutrope devant la Vierge
L'Autel : Avec l'inscription gravée signalant la présence de la tombe de sainte Onenne

J'avais finalement parcouru l'église en tous sens, j'eus alors l'idée de reporter sur le plan les points correspondants à la représentation de sainte Onenne sous ses différents aspects:

Plan-O N1


PLAN des représentations de sainte Onenne

La conclusion s'imposait, le nom Onenne (O-N) se dessinait dans l'église confirmant sa dédicace!
Je me souvins aussi que le nom de la déesse gauloise correspondante était Onniona : Onn l'Ajonc et Nion, le Frêne, l'ajonc désignant le jour de l'équinoxe de printemps (environ le 20 mars actuellement). Et si ce O N de la nef signalait aussi son orientation?
Pour les principes de tracé d'une église, voir ici.

Posté par chantsdamour à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 14 juillet 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 6 (2° partie)

Orientation de l'église de Tréhorenteuc
L'orientation d'une église ancienne (2) est déterminée par le point du soleil levant, souvent le jour de la fête du saint dédicataire, (les fêtes des saints ont parfois été déplacées dans le calendrier moderne, autrefois elles étaient des repères calendaires importants dans l'année). La date de la fête de sainte Onenne inscrite dans l'église était le 1 octobre, à quelle date correspondait-elle au moment de la construction?

Dans les documents de Fernand je trouvais l'année de construction du premier édifice chrétien : 1516, mais sur un bâtiment du VII° déjà consacré à la sainte. Compte tenu du changement de calendrier  (passage du calendrier julien au grégorien au XVI° siècle) quelle était cette date?
Sur un site de concordance de calendrier, j'obtenais le 21 septembre, jour en rapport avec l'équinoxe d'automne!

Par ailleurs la statue de saint Judicaël, roi de Domnonée (Petite Bretagne) et frère d'Onenne était installée symétriquement à celle de sainte Onenne au niveau de la partie est. Sa fête dans le calendrier des saints bretons est le 16 décembre, or selon l'abbé Gillard, c'est le 21 juin (date correspondant au solstice d'été). La fête de la soeur cache la fête d'équinoxe, celle du frère assume le solstice!

Sur une photo satellite, l'axe de l'église était à 13° nord de la ligne est-ouest de l'équinoxe. Je trouvais alors un plan de l'église où l'azimut (angle par rapport au Nord) était noté : 77°, ce qui confirmait bien mes mesures.

Eglise-géoportail

Eglise de Tréhorenteuc, Géoportail

Mais il était précisé que cette orientation particulière était associée par les géobiologistes à l'onde d'Isis (et une figure géométrique particulière évoquant la Jérusalem céleste pour les chrétiens (3)).
Elle se remarquerait sur des édifices sacrés très anciens consacrés à la Grande déesse mère, qu'elle soit nommée Isis, Vénus, Cybèle, avant d'être réutilisés ou transformés en église. Les connaissances associées se seraient perdues vers le XIII°, XIV° siècle. Les géobiologistes actuels disent que dans ces églises, sur cette ligne d'orientation, le biochamp d'un humain serait plus augmenté que pour toute autre orientation.
C'était des lieux bénéfiques pour la santé et la fécondité en particulier des femmes (4). Or on disait que la résidence de Onenne était installée sur un ancien temple de Vénus et l'abbé Gillard avait fait disparaître l'ancienne statue qui était trop vénérée par les femmes et jeunes filles...

Trois pas, Trois temps
Je sortis alors sur la place, encore perdue dans mes pensées, soudain je vis comme dans un rêve Merlin immobile à quelques mètres de moi. Il marcha à grandes enjambées vers la partie ouest de l'église. Je le suivis, il s'arrêta devant la rampe d'accès, la porte était maintenant ouverte. L'imitant, je marchais à pas lents vers l'entrée, il se mit à gauche près du portail d'accès au cimetière sur lequel se détachaient les lettres alpha et oméga.

D'un geste de la main il m'arrêta à quelques pas du seuil puis traçant un grand cercle avec ses bras, il me signala la totalité de l'espace qui nous entourait et je le perçus de tous mes sens comme un concentré de vie quotidienne. Puis il me montra l'ensemble de la façade de l'église. J'étais à bonne distance pour la voir en entier, mais rien n'attira spécialement mon regard.

infotourisme

Chapelle du Graal-Tréhorenteuc-Vue ouest (infotourisme.net)

Chapelle-du-Graal-Ouest

Chapelle du Graal, Vue Ouest, portail cimetière avec alpha-oméga (Marie Duval)


Lorsqu'il me guida d'un signe sur le seuil, j'eus l'impression de rentrer dans un autre monde. Le narthex qui me séparait de la nef était éclairé par l'ouverture et les vitraux latéraux. De l'autre côté la porte d'entrée sud était fermée, les vitraux illuminaient la nef grâce au franc soleil au zénith. Je regardais le zodiaque inversé, queue de poisson - tête de bélier à ma gauche. J'avais quitté le temps des minutes, des horaires, des rendez-vous et des contraintes, j'étais dans le temps immuable des cycles de vie toujours renouvelés.
Soudain Merlin resté sur le seuil tapa dans ses mains, je me concentrai sur les jeux de lumière émanant des vitraux et du narthex qui dessinaient devant moi une sorte de quadrillage de trois par trois avec une forme plus ronde orangée au centre correspondant à la projection du demi Chrisme du deuxième vitrail à ma droite (sud).

demi-chrisme-oeuf

Demi-chrisme-oeuf


Merlin murmura : "trois pas", j'avançais donc devant la porte intérieure et l'inscription sur l'autel attira mon attention comme un aimant:
"Dans l'emplacement de cette église
élevée en son honneur
a été enterrée Sainte Onenne
Vierge"
Fête le 1° Octobre"

Merlin avait disparu après m'avoir dit "voici le temps du dieu" et comme en état second, je parcourus la moitié de la nef avant de me retourner. Je connaissais maintenant les thèmes des différents vitraux et j'eus alors l'image d'une relation entre eux plus complexe que je ne l'avais perçue par l'analyse:

Image 1

1 = vision de l'inscription sur l'autel

2, 3, 4 = trois premiers vitraux de sainte Onenne (sud)

5, 6, 7 = trois derniers (nord)

9 = vision du demi-oeuf-chrisme

8 = seuil de l'entrée ouest

1 4 7 déterminent un Triangle de sainteté
1 : Autel, affirmation de la sainteté pour les siècles après sa mort
4 : Voeu de religion (face à Saint Elocan), mort à la vie civile
7 : Entrée dans la vie éternelle à sa mort

2 5 8 Triangle de vie en Dieu
2 : Choix d'une vie simple (échange de vêtements) contre sa vie de princesse
5 : Providence divine venant à son secours (canes ou oies alertant les soldats)
8 : Entrée dans l'église, espace sacré conçu comme espace d'entrée dans un autre monde (en rapport avec le divin).

3 6 9 Ligne de vie sainte
3 : Baiser de la Vierge
6 : Don de ses biens
9 : Accomplissement. Dans ce centre c'est le Neuf où se projette l'Oeuf contenant le demi symbole du Chrisme attribué au Christ.

Il était soudain évident pour moi que cet "exemple d'une vie chrétienne" cachait sous une histoire à priori dramatique, celle du personnage Onenne, le plan d'une progression spirituelle. Je remarquais alors que l'ordre de ces nombres sur le carré (ou sur un cercle) dessinaient une figure : le monogramme de la Vierge!

Monogramme-Vierge-AVe-Marie-gwezen

Monogramme de la Vierge sur cadran solaire (gwezen.dero.pagesperso-orange.fr-a9peillac)

Monogramme de la Vierge, A M ou A V M pour Ave Maria

La salutation à la Vierge correspond à un moment précis de l'année, c'est le 25 mars, jour de fête de l'Annonciation de l'Incarnation du Verbe par l'archange Gabriel qui apparaît à la Vierge. Encore un rapport avec l'équinoxe (de printemps). Gabriel annonce à la Vierge Marie qu'elle est enceinte de celui qui sera Jésus-Christ dont la naissance est fêtée neuf mois plus tard à Noël (en rapport avec le solstice d'hiver).

(2,3,4) Voir Documents ici

Posté par chantsdamour à 05:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 16 juillet 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 6 (3° partie)

La danse du Monogramme
Fernand me rejoignit dans la nef de l'église, il me regarda intensément comme pour comprendre où j'en étais. Sans un mot il me prit par la main, nous plaça sur l'Oeuf face à l'autel et fit prendre à nos corps une forme de X. Nous étions devenus le symbole de la Vierge (Monogramme), féminin à gauche (côté nord), masculin à droite (côté sud), ancrés dans la terre, tendus vers le ciel, baignés de lumière et traversés par des énergies invisibles jusqu'à nous ressentir vibrations dans un univers entièrement vibratoire!

Lorsque Fernand baissa les bras, il garda ma main et m'entraîna dans un parcours au sol reproduisant d'un seul trait la figure de l'AVM, comme une sorte de forme de lemniscate ou de huit plus complexe. (5) J'eus en un espace restreint une impression physique ressemblant à celle que l'on a en parcourant un labyrinthe, (qui autrefois se situait à ce niveau dans les églises, voir celui de Chartres), le corps changeant d'orientation à plusieurs reprises sur le parcours de ces figures! Cela me sembla une façon d'augmenter mon énergie, de m'accorder à celle du lieu et d'induire une forme de transe permettant l'accès à d'autres réalités subtiles ou spirituelles.

graf3_6

Tracé de l'AVM en un seul trait (cesnur.org/paraclet)

Mais lorsque je voulus un peu plus tard refaire cette expérience, je n'y parvins pas. J'en parlais à Fernand qui me dit: "c'était un instant d'éternité". Il vit ma perplexité et comprit mon besoin de mettre des mots sur ce qui pourtant ne pouvait pas se décrire avec le langage dont nous disposions, aussi il me présenta un "arabe breton" et grand érudit, Abdul.
A la fin d'une soirée passée à parler de choses et d'autres, je pus lui demander son avis.
Il me cita d'abord quelques mots extraits des Upanishads, texte sacré originaire de l'Inde:
"Aussi vaste que l'espace qu'embrasse notre regard est cet espace à l'intérieur de notre coeur. L'un et l'autre, le ciel et la terre y sont réunis, le feu et l'air, le soleil et la lune. Tout cela y est réuni."

Devant mon air perplexe, il me dit que selon lui j'avais connu un état de conscience modifiée qui m'avait donné accès à une perception différente du temps. C'était ce que Merlin avait nommé les trois pas. Les grecs donnaient des noms de dieux à ces temps différents:
Chronos pour le temps chronologique, celui dans lequel nous vivons le plus souvent et qui nous dévore. (Chronos est représenté dévorant ses enfants).
Aïon pour le temps cyclique (souvent représenté avec un serpent).
Kaïros pour le temps du dieu fugace (il porte des ailes aux talons) qu'il faut savoir saisir lorsqu'il se présente, un moment plus tard ou plus tôt et il n'est plus là! C'est un instant d'éternité qui s'ouvre dans notre vie. C'est aussi un moment où se manifeste la synchronicité.

J'avais perçu une figure qui s'apparentait à un carré de trois (ou carré de fondation), un ennéagramme ou un octogramme centré (figure davantage celtique ou templière), mais peu importait le nom, ce qui comptait c'était d'expérimenter l'énergie du lieu par mes allées et venues dans cet espace.

Je remerciais Fernand (et en pensée Merlin) qui m'avaient permis de vivre cela et j'écoutais le conseil d'Abdul : pour vivre le temps du dieu, il n'est pas besoin de venir dans la chapelle du Graal, de nombreuses vieilles églises ou autres lieux sacrés voire naturels de notre environnement peuvent le permettre, le plus important est notre disposition intérieure, notre attention et notre respect pour ce temps particulier.
L'essentiel ne se voit qu'avec le coeur comme disait le Petit Prince de Saint-Exupéry, mais pour voir avec le coeur - ou entendre -, il faut le libérer de tout ce qui entrave son ouverture sur l'amour universel et cela aussi toutes les traditions de sagesse le disent à leur manière.

Kairos

 "Kairos" Marie Duval

(5) Document ici

Posté par chantsdamour à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



mercredi 18 juillet 2012

Vidéos : Chapelle du Graal Tréhorenteuc

Une vue d'ensemble:

Vue-d'ensemble-chapelle-du-Graal

Les chapelles latérales: Saint-Eutrope ou chapelle du Saint-Sacrement, chapelle de la Vierge. Partie est (choeur)
Le choeur: les tableaux, les vitraux du Graal
Le narthex, partie ouest.
Détail du narthex, au nord, mosaïque du zodiaque et fonts baptismaux.

Posté par chantsdamour à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 25 juillet 2012

Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 7

Dès le matin suivant je retournais explorer les mystères de la Chapelle du Graal. Fernand était absent, mais il m'avait laissé accès aux documents des questeurs de Brocéliande concernant le Chemin de Croix de Tréhorenteuc.
Le nombre de stations est de quatorze, le premier tableau est situé du côté nord, les suivants ceinturent le côté ouest, les deux derniers encadrent la porte sud. Tout comme celui de Rennes-le-Château que l'abbé Gillard avait visité avant sa nomination à Tréhorenteuc, ce chemin de croix, de façon très inhabituelle, a pour décor certains paysages locaux. Par contre ce sens n'a rien d'inhabituel. (1)

Histoire des chemins de croix (2)
Au XIV° siècle après l'échec des croisades et la fin du royaume franc d'Orient, les franciscains sont seuls autorisés par les vainqueurs turcs à garder le Saint Sépulcre et la Via Dolorosa ou itinéraire de la Passion du Christ. Inspirés des traditions de l'Eglise Orthodoxe et de l'exemple de leur saint fondateur, saint François, qui avait édifié la première crèche pour offrir une représentation propre à susciter la piété populaire, ils conçurent les étapes de la Passion du Christ pour les pèlerins empêchés de venir sur les lieux saints à Jérusalem. Le but était de se recueillir au souvenir des étapes de la Passion vécue pour la rédemption de tous, mais aussi de vivre un chemin spirituel chrétien ancré dans la tradition sous une nouvelle forme.
Le nombre des stations des chemins de croix tout comme leur étapes sont variables jusqu'à la fin du XVII° siècle où elle sont fixées à quatorze par les papes Clément XII (début XVIII° siècle) puis Benoît XV (début XX° siècle). Mais la diversité prévaut tout le XIXe siècle.
Mgr Barbier de Montault le remarque dans son livre paru en 1878 (1) et c'est son travail qui servira de base pour la représentation des stations du chemin de croix, aboutissant à une certaine uniformisation qui prévaudra au XX° siècle.

Le chemin de croix selon l'Abbé Gillard
Voici comment il explique la démarche conduisant à la conception des étapes du chemin de croix: on part des douze nombres sacrés représentant des idées ou des qualités en rapport avec le système traditionnel du Zodiaque, qui était totalement intégré à la pratique de l'église jusqu'à la période moderne. Ces données selon un ordre précis, sont mises en rapport avec une scène de la Passion exprimant sous cette forme nouvelle les idées anciennes de haute valeur. Il ajoute "IL EN EST AINSI DE TOUS LES CHEMINS DE CROIX,... il importe que ce soit connu".

Après quelques recherches et l'aide d'Abdul, féru en histoire des religions, il apparut que seul l'Abbé Gillard (apparemment d'après nos recherches à ce jour) exprimait les choses de cette façon.
Pour comprendre son chemin de croix, nous devions trouver à quelle tradition il se référait. Abdul m'indiqua la piste de l'église Gallicane, celle de l'ancienne église d'avant 1870 (3), l'église des Gaules. Elle se reliait aux anciens rites en particulier de l'Eglise Orthodoxe.

Il existait même dans le Morbihan une Eglise celtique orthodoxe datant de la fin du XIX° siècle, "héritière d'une antique Église celtique qui aurait été fondée par saint Joseph d'Arimathie".
Comment ne pas faire le lien avec les cinq croix du Saint Sépulcre du choeur de l'église de Tréhorenteuc? (Avec la détérioration du sol dans le choeur de l'église, deux d'entre elles ont disparu). Pour l'Ordre du Saint Sépulcre, voir sur ce blog ici
Abdul m'expliqua que douze croix étaient nécessaires lors de la consécration d'une église et cinq pour l'autel. (4) Lors de cette cérémonie, l'église de la terre se joint alors à l'Eglise du ciel.
Selon les orthodoxes toujours très attachés au symbolisme traditionnel, ces douze croix sont le symbole des douze portes de la Jérusalem céleste représentées aussi par douze pierres précieuses et en rapport avec les douze signes du zodiaque ou douze apôtres.
LA CORRESPONDANCE ENTRE LES DOUZE APÔTRES ET LES DOUZE SIGNES ZODIACAUX EST UNE TRADITION CHRÉTIENNE MÉDIÉVALE PRÉSENTE DANS L'ART ROMAN.

L'Abbé Gillard se rattache donc à une tradition chrétienne authentique, mais dont la filiation s'est obscurcie au fil du temps dans l'église moderne oublieuse du symbolisme si riche des siècles précédents pour privilégier une vision rationnelle historique.
Il se base sur une lecture visuelle basée sur la notion d'idéogrammes restaurant ainsi la tradition de l'église médiévale en particulier dans l'art roman. (Voir http://ens-religions.formiris.org/userfiles/files/er_844_1.pdf)
La représentation figurative dans ce cas n'est pas à entendre selon un sens littéral, mais elle exprime une ou des idées abstraites, comme une allégorie. (Voir ici)
Ainsi par exemple le sang qui coule du flanc du Christ mort n'est pas du sang, il représente le flot abondant des mérites du Christ. Cette lecture est symbolique.
Ce cadre de référence est fondamental pour comprendre la démarche qui a présidé à la réalisation de chaque élément "décoratif" de la Chapelle du Graal. L'écriture - au sens large de représentation - idéographique suppose un mode de vision traditionnel: l'être humain mis en état de réceptivité sensorielle découvre le niveau de Connaissance (par la compréhension symbolique) que lui permettent ses capacités présentes. Le symbole offre en effet différents niveaux de lecture selon l'évolution intérieure de la personne.
Au contraire, notre vision moderne est basée sur le cartésianisme exclusif (l'homme accède au savoir par la raison).

Le zodiaque est le recueil traditionnel occidental d'idéogrammes. Dans l'église de Tréhorenteuc, le vitrail du Zodiaque est caché dans la sacristie:

Zodiaque
Zodiaque de Tréhorenteuc, chapelle du Graal

Voici le tableau des équivalences symboliques établies par l'Abbé Gillard, grille de lecture du symbolisme du chemin de croix associant: Nombre - Qualité/vertu - Couleurs - Station/Péché

Symbolisme-Gillard
Tableau des symboles selon l'Abbé Gillard

Espérance, Charité, Foi sont les trois Vertus théologales. Orgueil, Avarice, Luxure sont les trois principaux péchés capitaux. L'Orgueil est le premier d'où découlent les autres (le péché du plus beau des anges, Lucifer, ce qui a entraîné sa chute).

Je relevais la discordance entre les douze signes et les quatorze stations. Abdul m'expliqua: les chemins de croix ont 14 (dans ce cas la 15° est évoquée à l'Autel) ou 15 stations, la dernière suggère alors la résurrection. Dans la représentation classique, les stations X à XII se situent nécessairement au même lieu (Jésus dénudé: X; Cloué sur la croix: XI; Mort sur la croix: XII); On a donc bien 12 lieux différents pour les étapes de la Passion.

Voici une vue complète (14 photos des Stations) du Chemin de Croix de Tréhorenteuc, Chapelle du Graal avec la localisation géographique du décor d'après l'Abbé Gillard.

Image 1
I° Station - Jésus est condamné à mort
Décor : Jérusalem

Image 2
II° Station - Jésus est chargé de sa Croix
Décor : la Cour du presbytère de Tréhorenteuc.

Image 3
III° Station - Jésus tombe sous le poids de sa Croix
Décor : Prairie de la Rue Neuve de Tréhorenteuc où Onenne garde ses oies.

Image 4
IV° Station - Jésus rencontre sa très Sainte Mère
Décor : devant le Manoir de Rue Neuve, partie extérieure.

Image 5
V° Station - Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa Croix
Décor : correspond à l'endroit où le 48° parallèle coupe la limite entre Morbihan et Ille-et-Vilaine sur le territoire de Tréhorenteuc (voir Géoportail).

Image 6
VI° Station - Une femme pieuse essuie la face de Jésus
Décor : Jérusalem

Image 7
VII° Station - Jésus tombe pour la seconde fois
Décor : Point d'arrêt des touristes

Image 8
VIII° Station - Jésus console les filles de Jérusalem
Décor : Cour du Manoir Rue Neuve (Vue intérieure du château)

Image 9
IX° Station - Jésus tombe pour la troisième fois
Décor : Rochers du Val sans retour

Image 10
X° Station - Jésus est dépouillé de ses vêtements
Décor : Rocher de Romette

Image 11c
XI° Station - Jésus est cloué sur la Croix
Décor : Rocher de Romette

Image 12c
XII° Station - Jésus meurt sur la Croix
Décor : Rocher de Romette

Image 13c
XIII° Station - Jésus est descendu de la Croix et remis à sa Mère
Décor : Miroir des fées

Image 14
XIV° Station - Jésus est mis au tombeau
Décor : environnement de l'étang de l'ancien moulin à papier de Tréhorenteuc.

Retour à l'origine : la Via Dolorosa
Les lieux du déroulement de la Passion sont donc situés à Jérusalem. Le Chemin de Croix suit la Via Dolorosa, de la Chapelle de la Flagellation jusqu’au Saint-Sépulcre. Voir ici.
Texte et images des lieux traditionnels franciscains à Jérusalem doc pdf

A ce stade, il me manquait encore des éléments de compréhension, je n'avais pas la clé évoquée par l'Abbé Gillard qui disait que les données traditionnelles sont mises en rapport avec une scène de la Passion exprimant sous cette forme nouvelle les idées anciennes.
Abdul me rappela les propos du théologien orthodoxe : "douze croix, symbole des douze portes de la Jérusalem céleste, douze signes du zodiaque sanctifiés par les douze Apôtres, douze pierres précieuses."

Je cherchais alors la liste des douze pierres précieuses correspondant au Zodiaque:
1 le jaspe, Bélier .
2 le saphir, Taureau.
3 la calcédoine, Gémeaux.
4 l’émeraude, Cancer.
5 la sardonyx, Lion.
6 la sardoine, Vierge.
7 la chrysolithe, Balance.
8 le béryl, Scorpion.
9 la topaze, Sagittaire.
10 la chrysoprase, Capricorne.
11 la hyacinthe, Verseau.
12 l’améthyste, Poissons.
Voir ici le site avec des photos.

La piste était bonne, sur le Zodiaque, ce cercle de douze éléments, un ensemble encyclopédique se déclinait, remontant à la tradition hébraïque d'où émergent les religions monothéistes.
La source la plus détaillée était le Sepher Yetsirah, Livre de la Formation ou de la Création dans lequel sont exposées les correspondances entre les lettres hébraïques, l'espace, le zodiaque, les planètes, les organes du corps...

Voir ici ce texte.
Voir en documents les références (ici) et l'interprétation du chemin de croix complétée par ces données et celles des Questeurs (ici).

Posté par chantsdamour à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Document : Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 7, Chemin de Croix

(1) Mgr Barbier de Montault
"Traité pratique de la construction, de l'ameublement et de la décoration des églises selon les règles canoniques et les traditions romaines." (Ici) Cet ouvrage, publié alors qu'il revient de Rome, traite en son livre second et de manière très détaillée de l'iconographie souhaitable des chemins de croix.
Traité pratique de la construction, de l'ameublement et de la décoration des églises T 2 (1878)
"A Rome, le chemin de croix commence côté de l'Evangile, mais ce n'est pas dans tous les pays pareils, donc pas d'obligation absolue, seulement une pratique générale. L'évangile se récite tourné vers le Nord"

Dans les églises anciennes où le prêtre célèbre l’office en tournant le dos aux fidèles, la disposition des tableaux représentant les stations de ce chemin débutent logiquement du côté droit du maître-autel, appelé côté épître car c’est là que le prêtre ou le sous-diacre lisent les lettres ou épîtres des apôtres. Il fait le tour de l’église et la 14ème station s’achève du côté gauche de l’autel appelé côté évangile, car c’est là que le diacre, ayant une ordination supérieure à celle du Sous-diacre, lit les évangiles.

Voir en Pdf, "Le lieu où se lit l'Evangile"
Symbolique du Nord et du Sud dans l'église, place des hommes et des femmes...

Le point sur les chemins de croix (Bon résumé, liens)

Chemin de croix de Rennes-le-Château (commandé en 1896), Photos.
 
(2) Histoire plus "officielle": ici.

(3) Eglise Gallicane, voir par exemple ici.
"Notre mission et en communion avec L’Église Vieille-Catholique Romaine qui considère le Pape comme son patriarche et le pape de l’Église Universelle, bien que notre vision du Ministère de Pierre soit différent de ce qui fut définit comme un dogme par le Pape Pie IX et le Concile Vatican I en 1870. Notre mission est indépendante du Vatican."

Tradition du chemin de croix sur un site gallican

Traditions anciennes évoquées sur un site catholique
L'Occident comme l'Orient a bénéficié du rayonnement de l’Eglise d’Egypte et ceci dès le début du Christianisme. Par l’intermédiaire de Saint Jean Cassien, des usages liturgiques égyptiens sont probablement à l’origine des anciens rites gallicans... L'Eglise d'Alexandrie, fidèle au principe orthodoxe de sanctification de la culture locale a conservé dans sa liturgie des éléments christianisés du culte pharaonique. Elle a su aussi garder des traditions exégétiques et cultuelles de la synagogue reçues de la communauté juive d'Alexandrie.

L'Église orthodoxe celtique est une Église dite orthodoxe, non canonique, et non-reconnue par les Eglises orthodoxes. Elle se prétend l'héritière d'une antique Église celtique qui aurait été fondée par saint Joseph d'Arimathie en l'an 37. Le chef de l'Église porte le titre de primat. Il réside actuellement au monastère de la Sainte-Présence à Saint-Dolay dans le Morbihan (Bretagne).

(4) Dédicace, consécration d'une église
L’Église de la terre se joint à l’Église du ciel.
Des reliques de martyrs et d’autres saints sont alors scellées dans l’autel, en signe de l’unité du Corps mystique dans le Christ. Suit la grande prière de dédicace, admirable condensé de tout le mystère de l’Église et de la liturgie. Comme pour une confirmation, vient le rite de l’onction des cinq croix de l’autel ainsi que de toute la table d’autel, puis des douze (ou quatre tout au moins) croix de consécration de l’église

Théologie orthodoxe
... Les quatorze stations du Chemin de Croix sur les murs de l'église, héritage de la période baroque, et qui a presque expulsé les douze croix, symbole des douze portes de la Jérusalem céleste, les douze signes du zodiaque sanctifiés par les douze Apôtres, les douze pierres précieuses de l'Apocalypse du monde rénové sont totalement étrangères à la Tradition. Souvent ces croix de consécration sur les murs d'églises anciennes sont entourées d'un cercle, voir ici, ou ici.

Les croix de consécration, au nombre de 12, représentant les 12 apôtres sur lesquels repose la foi de l'Eglise, sont représentées à l'intérieur de cercles.
Dans l'Art roman : le Christ est entouré de douze animaux représentant douze apôtres, Dans le Tétramorphe, on le retrouve entouré des  quatre signes zodiacaux fixes.

Retour au message correspondant : Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 7

OU utiliser la flèche retour de votre navigateur pour retrouver la page complète.

 

Posté par chantsdamour à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 26 juillet 2012

Document : Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 7, Chemin de Croix (complément, photos)

Avertissement:
Si vous arrivez directement sur ce message,peut-être vaut-il mieux commencer par une présentation plus classique des quatorze étapes du Chemin de Croix de Tréhorenteuc, Chapelle du Graal avec photos. Cliquez ici.

Complément sur le Chemin de Croix de Tréhorenteuc, son symbolisme selon l'Abbé Gillard (noté G.) et la correspondance avec la tradition hébraïque (Sepher yetsirah, noté S Y): sephiroth, lettres hébraïques et leur nombre, signe zodiacal, pierre précieuse,...

Pour mieux comprendre la tradition hébraïque de référence, (la Kabbale), voir ici un aperçu de la signification des lettres hébraïques.

L'arbre de vie et la structure séphirotique ici.

Arbre de Vie-Séphiroth

Arbre de Vie (Sephiroth)

Ici, un aperçu du symbolisme des sephiroth (sephira au singulier).

Une autre approche ici.

LES STATIONS DU CHEMIN DE CROIX DE TREHORENTEUC
L'Homme est question
Cette synthèse personnelle sort des sentiers battus, elle n'engage que l'auteur. Ce travail se situe dans la démarche particulière "d'être au monde" et de chercher "à voir au-delà des événements" "dans un combat contre l'oubli total des royaumes potentiels d'extase que nous portons en nous" en suivant "un chemin qui permet de les retrouver". "La tâche principale de chacun de nous est de se "réveiller" de ce sommeil intérieur" qui nous montre tout sous un jour banal ou sans importance afin de "se mettre à l'écoute de toutes les vibrations du monde"...
Les mots entre guillemets sont de Marc-Alain Ouaknin, auteur de référence en matière de traditions hébraïques, (Mystères de la kabbale) pour définir la démarche du cherchant spirituel, humain qui fondamentalement est un °Quoi?... (voir ci-dessous)

Abdul a été mon guide pour ce travail en profondeur, il m'a donné un repère en me disant de ne pas oublier que le Christ a dit " Je suis le chemin, la vérité et la vie " (Jean 14:6)
Suivons maintenant le Chemin.

I° Station - Jésus est condamné à mort

I


G. : Les Poissons; Union du créateur et de la créature, Créateur
S Y Iésod ou yesod: Fondement, base de création pour l'homme en tant que créateur, créatif.

Poissons, Améthyste
Qof 100
Qof est la dernière porte étroite (le chas de l'aiguille), celle qui débouche sur la Pensée du Créateur, la Sagesse et mène à la déification, aboutissement du processus Créateur (retour à Dieu).

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Qof est en rapport avec le Soleil, XVIIII, le Père.

Le Poisson, représente selon la tradition chrétienne le Christ : ichtus, poisson en grec ancien, est le symbole de Jésus-Christ.

Décor : Jérusalem (S P Q R sur le fronton : Senatus PopulusQue Romanus: Sénat et Peuple Romain). Pilate se lave les mains, Jésus est habillé en rouge, au fond on voit un homme avec un calice vert évoquant le Graal.
Pensons à la légende où le héros, Perceval, est privé de la vision du Graal parce qu'il ne pose pas de question sur ce qu'il voit lors du défilé du Graal au château du Roi-Pêcheur qui par ailleurs attrape le poisson nourrissant toute la table du Graal.

Dans la tradition hébraïque, l'homme est un °Quoi?: le mot adam désignant l'humain a la même valeur numérique que "ma" signifiant quoi. "L'homme est un "quoi", en questionnement dynamique" nous dit M-A Ouaknin, dans Mystères de la Kabbale*. (* dans ce qui suit sera en référence à cet ouvrage).

Notons que Pilate a posé une question à Jésus: "Qu'est-ce que la vérité?", Jésus venait de lui dire: "Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix" (Jean 18,37)
Pilate n'attend pas la réponse, Jésus va en répondre sur sa vie avec le Chemin de Croix.

Remarquons l'escalier sur lequel sont disposés les personnages: de bas en haut nous voyons 1/2 hexagone, 1 marche droite, 4 marches avec angle, 3 marches classiques soit Neuf étapes horizontales ou paliers.
Voir ici: "pendant les 9/10ème de sa vie terrestre, le Christ a vécu comme enfoui à l'abri du monde, dans l'obéissance filiale et le travail de ses mains..."

II° Station - Jésus est chargé de sa Croix

II

G. Le Verseau, l'Espérance
S Y. : Hod: la Slendeur divine ou Gloire, *dimension esthétique de la Création, *Hod est associée au principe d'Espérance : savoir retenir l'espérance, la force d'enfance en nous et donc ne jamais désespérer.

Verseau, Hyacinthe
Tsadé 90
Auteur se réclamant de la Théologie orthodoxe et d'études hébraïques traditionnelles, A de Souzenelle (La lettre chemin de vie) dit : Tselah est la "croix" : le harpon (sens premier de tsadé) au coeur pour plonger dans l'ombre et amener la Création vers son autre côté, le côté divin (autre sens de tsadé).

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Tsadé est en rapport avec la Lune, XVIII, la Mère.

Dans la tradition chrétienne, saint Jean Chrysostome a dit "La croix est l'espérance des chrétiens..."
Ce symbole est la clef même de l'initiation chrétienne. En effet la Croix marque le croisement de deux routes, c'est à dire la rencontre de l'autre (l'autre côté), celui que Dieu souhaite nous faire rencontrer.

Décor: La scène se passe dans la Cour du presbytère de Tréhorenteuc. Peter Wisdorff l'ébéniste, entouré de ses outils a installé la croix sur des tréteaux. Pour le détail chronologique en rapport avec la Passion, voir ici.
Jésus est en blanc à partir cette station. On distingue Six marches d'escalier en arrière-plan.

III° Station - Jésus tombe sous le poids de sa Croix

III

G. : Le Capricorne, l'Eternité; Orgueil
S Y : Netzah: Victoire, *la gestion du monde. * C'est aussi l'éternité.

Capricorne, Chrysoprase
Ayin 70
C'est l'Oeil qui voit le divin (le Rien éternel) à la Source. Ayin a ces trois sens.

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Ayin est en rapport avec la Maison-Dieu, XVI, sur cette lame l'Orgueil de l'intellect est foudroyé par l'Esprit.

Dans la tradition médiévale, le Capricorne est la porte solsticiale céleste ou d'En-Haut ou encore des dieux, passage pour l'Eternité.

Décor : Prairie de la Rue Neuve de Tréhorenteuc où Onenne garde ses oies.
Le tableau est organisé en Trois plans : le premier autour du Christ; le second avec l'homme dans son propre chemin qui tourne le dos et jette juste un regard; le troisième dans une prairie en fleurs avec sainte Onenne, et ses oies, entrée dans l'éternité.
L'homme en rouge représente l'Orgueil (premier des péchés capitaux).

C'est la première Chute, dépouillé de tout orgueil, le Fils de Dieu est à terre (qui ne l'oublions pas a le sens d'humus de même racine qu'humilité). C'est toute la Création qui tombe avec Jésus le Créateur, mais c'est donc aussi le début du relèvement du Fils qui va entrer dans l'Eternité.
Cette première Chute concerne la Création et le plan du corps.
Cette chute comme la deuxième sera suivie d'une rencontre consolatrice avec une ou des femmes.

IV° Station - Jésus rencontre sa très Sainte Mère

IV

G. : Le Sagittaire, l'Autorité, la Foi.
S Y : Tipheret: Beauté, Harmonie dans l'équilibre. Associée au soleil (plexus solaire), elle est le siège de l'autorité naturelle, du charisme.

Sagittaire, Topaze
Sameck, 60
C'est le soutien, symbolisé par l'arbre, il représente aussi la Tradition en tant que domination, obéissance aux valeurs divines, source de la véritable autorité.

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Sameck est en rapport avec le Diable, XV, qui est aussi la figure du Baphomet des Templiers, symbole de synthèse des plus hauts enseignements de Connaissance. Ce nom de Baphomet selon le code Atbash signifierait Sophia (Sagesse divine)

Décor: devant le Manoir de Rue Neuve, partie extérieure.
L'Autorité est représentée par Marie, mère de Jésus dont le "fiat" à la Volonté divine, expression de sa Foi profonde, est la véritable autorité. Notons que dans la religion juive, la transmission de cette religion est matrilinéaire: l'enfant d'une mère juive est juif. (Ce n'est pas le cas si seul le père est juif.)
Marie est habillée de bleu, symbole de Foi. Karl Rezabeck le peintre, figure en soldat romain à l'arrière-plan.

V° Station - Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa Croix

V

G. Le Scorpion, le Travail manuel.
S Y Gébourah: Force, rigueur et justice.
C'est le travail divin de structuration, d'organisation des formes assurant le maintien de l'univers.

Scorpion, Béryl (Aigue-marine)
Noun 50
Noun est symbole de l’homme en tant que germe et qui prend conscience de son féminin. C’est en travaillant dans les profondeurs de lui-même que l’homme va trouver cette nouvelle énergie, cette complétude « masculin-féminin ».

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Noun est en rapport avec la Tempérance, fruit, produit de l'existence.

Décor : correspond à l'endroit où le 48° parallèle coupe la limite entre Morbihan et Ille-et-Vilaine sur le territoire de Tréhorenteuc (voir Géoportail).
A l'arrière-plan du tableau deux boeufs liés par un joug sont conduits par un bouvier ou laboureur.

A de Souzenelle nous dit: "Lorsque dans la Genèse Adam reçut l’ordre de labourer, de travailler la terre, c’était pour l’épouser, épouser ses terres successives, ses terres intérieures.
Et quand nous avons épousé tous les champs de conscience qui sont faits de ces énergies successives, nous devenons le dieu que nous sommes. Tel est le véritable travail de l'homme."

Mais quel est le lien entre le travail manuel et le labour?
La Main est le premier outil de l'homme, elle est donc le symbole de son action sur le plan terrestre. En hébreu le mot main, iad (contenant le Yod que nous verrons plus loin) signifie aussi Puissance. Jésus était un travailleur manuel dans sa famille.

Labor, c'est labeur ou travail en latin
Simon revenait des champs, c'est un homme qui travaille de ses mains, un homme de la terre, de la matière sous ses quatre aspects: terre, eau, air, feu. Les soldats romains lui demandent ce travail de porter le bois de la croix comme un labeur, (effort pour accomplir une tâche).

Le Labour est un symbole chrétien:
L'homme doit préparer sa terre en profondeur afin que la Parole de Dieu y prospère.
Sur le plan de la Tradition, l'acte de labourer est un acte sacré, pensons au tracé du sillon sacré déterminant l'enceinte d'une ville et le Poemorium.
Labourer est un acte d'organisation, de structuration de l'espace pour le mettre en ordre par rapport au chaos extérieur. Par ailleurs le travail initial de l'homme (le roi lui-même au départ en tant que "traceur de trait") va aboutir à sacraliser cet espace en le mettant en harmonie avec le cosmos et donc le ciel.

Cette scène de boeufs sous le joug pourrait être une évocation de la constellation du Bouvier qui conduit les sept boeufs (origine du mot Septentrion signifiant Nord) du Chariot. Ces constellations tournent autour de la Polaire, axe du monde.

Bouvier se dit en grec Boukolos, les Boukoloï sont les gardiens des boeufs, mais aussi sur un plan symbolique les gardiens du Pôle et donc de l'organisation cosmique symbolisée par le Temple, comme l'étaient les Templiers (qui rappelons-le adoraient la Croix, mais pas le Crucifié)

Pour finir sur le sens même du nom de Simon, en hébreu shimeone ou Sim’ôn signifie littéralement Yahvé m'a entendu.
Pour des notions traditionnelles hébraïques sur Simon de Cyrène, voir ici.
Sur cette même page, voir les spéculations sur le symbolisme de 14, 14 étapes du chemin de croix...

VI° Station - Une femme pieuse essuie la face de Jésus

VI

G. La Balance, la Charité. Véronique est une figure d'humanité à la charité active qui émerge de cette foule haineuse ou en souffrance.
S Y Hésed: Amour, bonté divine. C'est le terme hébreu correspondant à Caritas en latin.

Balance, Chrysolithe
Lamed 30
Lamed : sa gématrie est le nombre 30 qui représente le parfait équilibre de l’agencement céleste. C'est l’état potentiel de perfection que possède toute personne et qu’une stimulation (un aiguillon) peut faire jaillir.
Lamed est le guide, l'aiguillon qui emmène vers l'image à la ressemblance de Dieu dans l'amour du prochain comme de soi-même (charité, caritas en latin a le sens d'amour).

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Lamed est en rapport avec Le Pendu, XII, extension et élévation.

Décor Jérusalem

Dans la tradition, la balance évoque la Pesée des âmes au moment de la mort, c'est là que se révèle le vrai visage de l'homme.
Le tissu où s'imprime le visage du Christ est le modèle parfait de la vie chrétienne.
A noter que le prénom Véronique signifie Vera eicon ou Vera iconica.

VII° Station - Jésus tombe pour la seconde fois

 

VII

G La Vierge, la Foi,
S Y Binah: Intelligence. L’intelligence est appelée aussi la Créatrice de la Foi.

Vierge Sardoine
Yod 10
Yod ressemble à un point et en ce point se joue la confiance dans la Puissance divine. Cette lettre symbolise par sa valeur, la Création du Monde par Dix Paroles (valeur numérique 10). C'est la plus petite des lettres de l'alphabet hébreu et pourtant c'est elle qui contient le plus de puissance. Et Yod est la première lettre du Nom sacré, le Tétragramme
Les dix Paroles : il y a dix séphirot, dix concepts de la manifestation divine, espoir de la Rédemption des dix niveaux de l'âme.

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Yod est en rapport avec La Roue de Fortune, X, Principe actif créateur.

Décor : Point d'arrêt des touristes à Tréhorenteuc (dit l'abbé Gillard)
L'homme en vert symbolise la Richesse qui représente l'Avarice (2° des péchés capitaux).

Foi : au-delà de la simple raison humaine, Jésus garde foi en son Père. Dieu s'est fait homme en son Fils pour vivre les épreuves de l'incarnation humaine dans un don total de lui-meme.   
Définition de la Foi: une très forte confiance. (wikipédia.)

Cette station est celle de la deuxième Chute : le Créateur incarné dans l'homme Jésus tombe pour la deuxième fois et c'est toute l'humanité qui tombe avec lui, mais pour être de nouveau relevée.
Cette deuxième Chute concerne l'Incarnation (Grand passage, Passion de Dieu en nous) et le plan de l'âme.
Cette chute est suivie par la station où interviennent les femmes consolatrices, de Jérusalem.

VIII° Station - Jésus console les filles de Jérusalem

VIII

G Le Lion, la Mutation  
S Y Hochmah: Sagesse divine. La véritable sagesse est connaissance de Dieu, ce qui impose une mutation, un changement complet d'état de conscience de l'homme afin de reconnaître la Présence divine en tout.

Lion, Sardonyx
Teith 9
Cette lettre symbolise un changement d’état… Selon une tradition, elle ferait allusion à Teith- la boue- qui représente l’enveloppe permettant la mutation, le changement de peau, comme chez le serpent. La boue est le symbole de la matière dont l’homme aurait été formé, et à laquelle il retournera… la forme de Teith ressemble à un serpent lové dans l’attente de sa mue…

Mort et mutation peuvent être utilisées dans le même sens.
La légende du Golem illustre ce changement d'état, cette mutation. Le Rabbi Loew (Lion) à Prague donne vie à une créature de glaise, le Golem, en écrivant sur son front EMET, Vérité en hébreu et un des noms de Dieu. Pour lui ôter la vie, il faut effacer la première lettre, car MET signifie Mort (Mutation).

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Teith est en rapport avec L'Hermite, VIIII, transmutation, fin d'un cycle.

Décor : Cour du Manoir Rue Neuve (Vue intérieure du château). Jésus console les femmes qui pleurent sur son sort.
Lors de sa Passion, Jésus dit aux Filles de Jérusalem, "pleurez non sur moi, mais sur vous et vos enfants".

Il existait une tradition juive des pleureuses.
Dans la mythologie grecque, les pleureuses célèbres sont les Hyades, étoiles rassemblées à la tête de la constellation du Taureau. Leur lever héliaque se manifeste au moment où tombent les pluies les plus abondantes au printemps. Hyades signifie "pleureuses".
Elles pleurent la mort de leur frère Hyas-Dionysos, un dieu-sauveur qui meurt et ressuscite.

IX° Station - Jésus tombe pour la troisième fois

IX-topic-topos

(topic-topos.com)

G Le Cancer, Le Monde invisible

S Y Kether
Kether est désigné dans le Zohar comme « la plus cachée des choses cachées ». Sa nature est complètement incompréhensible à l'homme. C'est la première des sephiroth, celle du sommet.

Cancer, Émeraude
Het 8
Het ou Heit symbolise la frontière et la limite, la transcendance.
Heith est l'abondance et l'énergie ainsi que les caractéristiques fondamentales qui séparent les vivants et les morts (appartenant au Monde invisible).

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Het est en rapport avec La Justice, symbole sans commencement ni fin.

Décor : Rocher Val sans retour
Morgane y figure en robe rouge, elle représente la Luxure (3° péché capital)
Cette fois, la femme est présente lors de la chute.

C'est la troisième Chute, elle concerne l'Esprit incarné dans Jésus, il va partir vers le Père pour revenir avec l'Esprit saint à la Pentecôte.

X XI et XII même lieu
X° Station - Jésus est dépouillé de ses vêtements

X

G Les Gémeaux, la Fraternité

S Y Gémeaux, Calcédoine
Zayin 7
Etre homme c'est utiliser l'arme mâle  (sens premier du Zayin) pour fendre la peau animale (dépouiller le vieil homme) afin de se souvenir (autre sens) de son lien à Dieu qui a donné une aide à l'homme pour cela: le féminin en lui.
La fraternité est une attitude qui émerge du face-à-face avec l'autre, de la confrontation, miroir de la confrontation avec "l'autre côté" en soi-même. (La véritable fraternité dans ce contexte est le christianisme.)

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Zayin est en rapport avec Le Chariot, VII, ce qui tend vers un but.

Décor : Rocher de Romette
Les soldats se partagent les vêtements du Christ qui est dépouillé de tout artifice vestimentaire, nu dans son authenticité première.
Le Christ dénudé, nu, renvoie à ce terme dans la Genèse. Le mot que la Bible emploie pour "rusé" ("'eirom") est très proche de l'adjectif "nu" ("'aroum"). Ce mot concerne le Serpent de la Genèse (celui de la pomme d'Adam et Eve), le serpent est l’animal le plus nu, le plus à découvert, celui qui ne cache rien. Ne rien cacher et être rusé sont deux qualités, car la ruse est un accès à la Sagesse.
Or la gématrie de Nahash (serpent) et Messiah (Messie) est identique.
La nudité-ruse (ou aussi éveil) met en relation le serpent de la Chute et le Rédempteur. La boucle est bouclée!

XI° Station - Jésus est cloué sur la Croix

XI

G Le Taureau, la Grandeur ou l'Humilité

S Y Vav ou Waw 6
Vav est une des lettres du Tétragramme. Comme l'échelle de Jacob, le Waw est un pilier à double sens, un moyen d'ascension et de descente. Ce signe consacre l'achèvement de la création et annonce la dernière phase, celle de la réflexion et de la contemplation.

Taureau, Saphir

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Vav est en rapport avec L'Amoureux, VI, le choix du libre arbitre.

Décor : Rocher de Romette
Une gourde de prisonnier de guerre figure au premier plan à droite.

XII° Station - Jésus meurt sur la Croix

XII

G Le Bélier, le Sacrifice

S Y Hé 5
Hé est le souffle qui vient de Dieu et rendu à Dieu. Il apparaît deux fois dans le Tétragramme.

Bélier, Jaspe Rouge

Dans le symbolisme du Tarot (Wirth) Hé est en rapport avec Le Pape, V, le souffle-âme.

Décor Rocher de Romette
Remarquons la position du Christ bras élevés en Y et surtout les pieds parallèles. Le nombre de clous est donc de quatre, ce qui ne correspond pas à la représentation moderne.
Dans la tradition orientale (donc orthodoxe) on a souvent des Christs à 4 clous. Dans la tradition occidentale, on a plutôt des Christs à 3 clous, les pieds étant superposés.

INRI est inscrit au dessus de la tête du Christ.
C'est l'acronyme, dit titulus crucis, de l'expression latine Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs »
Un autre sens, plus tardif et d'inspiration alchimique, lui est parfois donné : Igne Natura Renovatur Integra (« Par le feu la nature se régénère tout entière »)

XIII° Station - Jésus est descendu de la Croix et remis à sa Mère

XIII

Décor Miroir des fées
Joseph d'Arimathie recueille le sang du Christ dans la coupe du Graal qu'il a réclamé à Pilate.
C'est le début du huitième jour (qui commence le soir), jour de shabbat. Récupérer le corps d'un mort ce jour est se rendre impur au regard de la loi juive.

XIV° Station - Jésus est mis au tombeau

XIV

Décor : environnement de l'étang de l'ancien moulin à papier de Tréhorenteuc.
C'est en quelque sorte la quatrième chute, celle qui l'emmena aux enfers pendant trois jours, il y est descendu en Sauveur, proclamant la bonne nouvelle aux esprits qui y étaient détenus.

DIVERS
Les quatorze stations ne sont pas toutes des épisodes évangéliques: les trois chutes de Jésus, la rencontre avec sa Mère et avec sainte Véronique  ne  sont  pas  mentionnées  dans  les Ecritures. Jean-Paul II les a supprimées dans une version modernisée des scènes de la Passion.

Les 3 chutes sont à mettre en rapport avec 3 relèvements.
Dans la liturgie du rite celtique dite de Saint Patrick, prenait place «l'Oraison périculeuse» (du latin periculosus, périlleux). Le prêtre effectuait trois pas en arrière puis trois pas en avant, ce qui représentait trois façons de pécher et de se renouveler en Dieu.

D'aucuns comparent la légende d'Osiris traditionnellement en quatorze étapes (évoquant le cycle de la lune) avec la symbolique des étapes du Chemin de Croix du Christ.
Voici les Tableaux comparatifs du trajet du soleil dans le zodiaque et de la légende d'Isis, Osiris, ici.

CONCLUSION
Le Christ a dit "Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie", voyons ces trois termes éclairés par ce parcours de la Passion.

Le Chemin de l'Arbre de Vie
Ainsi relié à la Tradition ancienne dont parlait l'Abbé Gillard, le Chemin de Croix n'est pas un chemin de mort, c'est un chemin de remontée dans les sphères d'énergie de l'Arbre de vie, l'Arbre des sephiroth.
Chemin en hébreu se dit Magal, son sens est aussi lié à ce qui est rond, au cercle du camp, à la tranchée, ne peut-on y voir la notion du chemin-sillon du laboureur?

La Vérité, Mutation ou mort, l'Alpha et l'Omega
Vérité, 'Emet et Mort, Met : A de Souzenelle nous en explique le mystère. Muter, c'est aller vers la vérité.
En Pdf ou ici (attendre un peu pour l'affichage).
Le mot hébreu « vérité » (’Emet) est Elohim (lettre ’Aleph = 'E) dans la «mort» (Met). ‘Emet est alors présence de Dieu chez le mutant pour qui une mort est première phase de mutation. Jésus en acceptant la croix en réponse à la question de Pilate "qu'est-ce que la Vérité?" ré-ouvre à l'humanité le chemin de ses mutations.

Emet, Vérité s'écrit Aleph, Mem, Tav. C'est à dire la première lettre de l'alphabet hébreu (alpha en grec); une lettre du milieu, la treizième, Mem (Matrice de vie ou de mort-Mère-Eaux); la dernière Tav, correspondant à l'Oméga grec. Ainsi "je suis vérité" et "je suis l'alpha et l'oméga" se répondent.
Voir aussi ici.

La Vie
La vie, c'est Havvah et c'est aussi le nom de Eve.
Mais qui est Eve? Dans la Génèse, adam évoque l’humanité dans son ensemble. Il n’y a donc pas d’identité personnelle, mais simplement une dimension mâle (ish) et femelle (isha). Voir ici.
C'est la partie femelle dans l'humain qui a entretenu un dialogue avec le serpent. Au sens strict, il ne s’agit pas d’Ève. Les noms propres, Adam et Eve ne sont utilisés qu'après l'absorption du fruit, alors ils se voient nus et leurs noms propres signifient qu'ils sont "séparés", coupés de leur "autre côté".
Eve, est aussi appelée Mère des Vivants en tant que Souffle de vie qui en hébreu correspond à la racine du nom Eve.

L'Arbre des Séphiroth symbolise la Vie (en Dieu), c'est l'Arbre de Vie.
Une sephira est un contenant, un vase. Chaque sephira est à la fois féminine, c'est-à-dire qu'elle reçoit et masculine, elle donne. Pour créer le monde, Dieu envoya la Lumière, l'ensemble des éléments du plan divin. Or, les vases furent brisés car ils refusèrent d'accueillir la Lumière.
Le "travail" de l'homme est de réparer la brisure des vases (Tiquoun). Il faut recevoir la lumière et accueillir la lumière, ce qui est l'ouverture du cœur (symbolisée par la Coupe en Tipheret). Le Féminin est dimension verticale (reliée au Divin) en nous-même.

Abdul m'aida à mieux comprendre:
Dieu désire établir sa lumière en l'homme. Pour que ce soit possible, l'homme doit restaurer les vases (sephiroth) pour l'accueillir, cette capacité d'accueil est le féminin en l'humain.
Le Christ qui nous montre le chemin, accomplit la restauration des sephiroth entre Iesod et Kether. Une seule d'entre elles n'a pas encore été évoquée, il s'agit de Malkuth, la première séphira, celle de la dimension terrestre, mais qui a aussi une autre dimension.
Les neuf sephiroth restaurées sont comme des degrés descendus par la Présence divine qui va s'établir en Malkuth en tant que Schekina (c'est le terme pour Présence divine).

Malkuth est le niveau le plus bas de l'Arbre, celui où l'on rend l'âme, mais avec la Shekinah le plus bas devient comme le plus élevé, Malkuth devient le Royaume!
Selon René Guénon, la Shekinah est la synthèse des Sephiroth.
Le Christ mort (muté) et ressuscité peut être assimilé à la Présence divine manifestée pour l'humanité.

Le Chemin de croix, réponse du Christ à la question de Pilate, "Qu'est-ce que la vérité?" et justification de son affirmation: "Je suis le chemin, la vérité, la vie"?, à vous de vous faire votre opinion!

Voir Commentaire ici.

Posté par chantsdamour à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 6 août 2012

Commentaire sur le Chemin de Croix de Tréhorenteuc, Arbre de vie

Message commenté : Document : Tréhorenteuc et la chapelle du Graal 7, Chemin de Croix (complément, photos)

J'ai trouvé passionnant ce parcours et ces découvertes. Si bien que dans mon état de fatigue j'ai non seulement été jusqu'au bout, mais j'ai poursuivi par des recherches. D'abord, je trouve que l'arbre séphirotique est bien trouvé et qu'il illustre très bien l'idée que les Stations sont non seulement symboliques enraciné dans la Tradition, mais un chemin de vie (et non de mort). J'ai trouvé les correspondances avec les Shéphirot et les signes astrologiques très intéressant.

Du coup, j'ai essayé de faire une synthèse visuelle des données: j'ai recopié le Shéfirot avec une pièce d'un euro et j'ai remarqué qu'il y avait une remontée dans l'arbre à partir du Yesod du bas (le 9ème Shéphirot correspondant du coup à la 1ère Station) jusqu'à Kéther (le 1er Shéphirot, celui qui couronne... a comme correspondant la IXème station). Les X, XI, XIIème stations sont d'un même lieu: elles se trouveraient en Malkuth, le Shéphirot racine, en dessous de Yesod, mais cela n'est pas clairement dit.

Arbre de vie-Stéphane

Les dernières des 12 stations traditionnelles sont reliées plutôt à des lettres hébraïques dans le document: Zayin, Waw et Hé (valeurs numériques 7, 6, 5). C'est là que je ne comprends pas. Pour moi, je vois très bien ces dernières stations en Malkuth, d'autant que le plus bas devient le plus élevé. Dans ce parcours, il y a un Shéphirot mystérieux qui n'est pas évoqué: le Daath. J'aurais aimé qu'il en soit parlé. Mais j'ai pour ma part, à la manière dont est évoqué Malkuth, qui est un shéphirot où viennent se révéler tous les autres, le sentiment que le Daath lui est très proche tout en étant la cerise sur le gâteau où le Graal shéphirotique.

J'ai trouvé cette indication sur un site sur le Daath: "est le point où chacun des dix shéphirot dans l'arbre de vie est incorporé dans l'unité. Avec cette onzième sphère active, toutes les autres rayonnent en une seule et unique dans une telle fusion qu'il devient impossible de distinguer une sphère des autres." Il me fait songer aussi au quatrième voile de l'arbre, en dehors des trois autres (c'est pour cela qu'il apparaît en pointillés), le voile de l'existence, celui de la Vision de Dieu qu'on ne peut voir que dans la Mort.
Que L'abbé Gilard ait été inspiré par la kabbale ou que les Stations aient un lien intrinsèque avec la Shéphirot, le sens des stations gagnent en profondeur avec lui.
Dans mon arbre recréé, j'y ai placé aussi les signes astrologiques et les solstices et équinoxes, pour voir où cela se situerait. Je suis sans doute trop gourmand, il n'y a sans doute pas à aller jusqu'à là: la position des signes n'est guère symétrique. Je note quand même que le solstice d'été se trouve au "zénith" de l'arbre (Kéther) et l'équinoxe de Printemps au "nadir" (Malkuth). Si le lieu de mort est aussi celui de la renaissance, ça colle. Le Solstice d'Hiver se trouve correspondre à Netzah (7ème shéphirot) et à la Station III, tandis que l'Equinoxe d'Automne a pour corollaire Chesed (6ème shéphirot) et la VIème station. Ce solstice et équinoxe se situent sur le 3ème pilier de l'arbre shéphirotique, celui de la Miséricorde, tandis que le Solstice d'été et l'equinoxe de printemps se trouvent sur le pilier de la Conscience.
Je me suis arrêté là: je n'ai pas fait correspondre les cartes de tarot. J'aurai voulu faire correspondre à l'abre de vie les chakras, et même les notes de musique.
Mais en regardant plus attentivement, je vois quelque chose d'intéressant à propos des signes astrologiques dont il manquait de symétrie dans l'arbre, disais-je. Oui
Je vois maintenant en partant de Yesod jusqu'à Tipheret (9 à 6): eau, air, terre, feu; on repart avec un cycle de Gebourah à Chokmah (5 à 2): eau, air, terre, feu. Et on fait un troisième cycle cette fois en allant de Kéther à Malkuth (de la Ixème à la XIIème station: Eau (Kéther) air terre feu (Malkuth) qu'on peut détailler ainsi: air (Gémeaux, Xème station) terre (Taureau, XIème station). Ces trois cycles font penser à tes "trois pas", mais aussi aux trois piliers de l'arbre et aux trois voiles qui en cachent un quatrième en Daath. Ici la lecture horizontale des signes astrologiques fait donc davantage penser aux trois voiles.
Je remarque aussi après le cycle IX, X, XI, XII, curieusement l'eau qui manque en Malkuth et se trouve dans le Yesod juste au-dessus, qui est le signe d'eau par excellence aussi (poisson). Il y a donc bien quatre cycles élémentaux, comme les 4 saisons, 4 vivants... : de Malkuth à Yesod, de Yesod à Tiphere, de Gebourah à Chokmah et de Kéther à Malkuth. La boucle est bouclée.
Pour les signes fixes correspondant aux 4 vivants, ils créent un cycle à part avec le Taureau de Malkuth (XIème station, Terre), le verseau de Hod (Air, IIème station), le scorpion de Gebourah (Vème station, Eau) et le lion de Chokmah (VIIIème station). À remarquer qu'on a dans l'ordre progressif: II, V, VIII, XI, Air, Eau, Terre, Feu, avec le nombre 3 en écart entre chaque station (encore les 3 pas?).
Dans le document, il y a quelque chose que je n'ai pas très bien saisi, c'est la correspondance des stations avec des lieux géographiques*. Sur quelle base peut-on dire par exemple que la VIIIème station correspond géographiquement à la Cour Manoir de la Rue Neuve à Tréhonrenteuc. Tu renvoies à la géodésie, mais le lien me paraît flou et difficilement accessible d'ailleurs par manque de lien, justement; à la page de géodésie.
Hier, vois-tu, je restais sur ma faim, je n'était qu'à demi convaincu par la pertinence du lien entre les stations et la kabbale, surtout depuis que j'y avait inséré les signes astrologiques. Maintenant, je vois une cohérence interne même si le sens m'échappe en partie.
J'ai aussi trouvé très intéressante la lecture sur Wikipédia de "Arbre de Vie (Kabbale)" Je ne sais pas si tu la citais mais tu m'as encouragé à y aller voir.
Pour les cartes de tarot, je ne les ai pas reportées dans l'arbre. Ce n'est peut-être pas essentiel.
Mais OUAH! Là je jubile! Ça va plus loin que je pensais, et cela confirme le X, XI, XII (Gémeaux, Taureau, Bélier) se trouvant en Malkuth**: on obtient le Zodiaque dans l'ordre exact en partant de Gémeaux dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour aboutir à Cancer.
Malkuth: (X, XI, XII): Gémeaux, Taureau, Bélier - Yesod: (I) Poisson; Hod (II): Verseau; Netzach (III) Capricorne; Tipheret (IV) Sagittaire; Gebourah (V): Scorpion; Chesed (VI): Balance; Binah (VII): Vierge, Chokmah (VIII): Lion et Kéther (IX): Cancer!

Je lis dans Wikipédia qu'il y a 13 constellations en fait pour douze signes. Je ne le savais pas. L'anomalie expliquerait la position "fantomatique" du Daath (qui serait la 11ème Shéphirot, mais 13ème constellation que l'on connaissait pourtant dans l'antiquité). Cela m'a amené à me pencher sur cette erreur (est-ce pour cela que le nombre 13 est devenu un nombre du malheur?) Mathématiquement, avec ce nombre, le temps (Chronos) n'était pas divisible également en 12 parties, 12 mois, divisible en 4 saisons de 3 mois chacune. L'homme a dû tricher avec les constellations et en enlever une: Serpentaire (je pense au serpent cosmique, à l'Ourobouros – c'est lui le "fou", le signe de la sagesse non rationnelle", c'est lui qui permet que boucle se fasse). Et on atteind au mystère divin.
Il n'y aurait donc dans l'astrologie aucune réalité objective, mais une réalité cosmique (subjective en "Dieu"), faite pour l'homme, pour qu'il prenne place en tant que microcosme dans le macrocosme. Et pourtant... il y a bien des particularités de caractère qui se rattachent à chaque signe et vérifiables sur chaque natif d'un signe. C'est là, sans doute, qu'il faut abandonner la raison...
Je te donne quand même ces sources scientifiques:
Quelles sont les erreurs scientifiques de l'astrologie ?
- Un oubli ahurissant tout d'abord. Les signes du zodiaque sont actuellement au nombre de douze. Or, le Soleil, dans son mouvement apparent autour de la Terre, traverse en un an... treize constellations ! Celle qui a été oubliée par les astrologues est le Serpentaire, qui a pourtant été décrite dès le IVe siècle avant notre ère. Le Soleil y reste trois fois plus longtemps que dans la constellation adjacente du Scorpion. Autrement dit, il existe grosso modo trois fois plus de personnes nées sous le signe du Serpentaire que sous celui du Scorpion ! De même, tous les signes durent environ un mois. Or, le Soleil met en réalité huit fois plus de temps pour parcourir la très grande constellation de la Vierge que pour traverser celle du Scorpion. Il faudrait donc que les signes soient de durées inégales.
Aujourd'hui, astrologie et astronomie ne font plus bon ménage. Les progrès de la science, en particulier dans le domaine de l'astrophysique, ont démontré l'inexactitude de ses théories. La physique a ainsi clairement établi que les planètes exercent moins d'influence sur l'homme que les objets de sa vie quotidienne. Et que l'axe de la Terre tournant sur lui-même - selon un mécanisme aujourd'hui connu - tous les signes du zodiaque se sont décalés au fil des siècles. Au point que les natifs des Béliers sont en fait des... Poissons ! Ces erreurs, nombreuses, ne permettent plus à l'astrologie de revendiquer sa place parmi les sciences. Elle est une croyance, voire une superstition. Tour d'horizon de ses petites et grandes incohérences.
http://www.unice.fr/zetetique/articl...logie_jdd.html

En tout cas, je suis impressionné par ton travail et par la vérification que j'ai faite et qui va bien au-delà de mes espérances.
MERCI.
GENTILHOMME Stéphane

 

REPONSE

Merci à toi, c'est pour ce genre de moment que ce blog existe et s'il n'y a qu'une personne que cela fait voyager dans ces dimensions intellectuelles et spirituelles, mon travail y trouve une entière justification! Donc merci de ton cadeau qui m'ouvre des perspectives et m'incite à aller un peu plus loin que je ne prévoyais sur ces chemins ardus.

*Pour ta question sur les lieux géographiques correspondant aux stations, la source est citée ici: "Voici une vue complète (14 photos des Stations) du Chemin de Croix de Tréhorenteuc, Chapelle du Graal avec la localisation géographique du décor d'après l'Abbé Gillard."

** Quant à Malkhut, il est probable que les stations X, XI, et XII y correspondent d'après ton analyse. C'est le mystère du Passage. Je reprends la conclusion de mon message: "Les neuf sephiroth restaurées sont comme des degrés descendus par la Présence divine qui va s'établir en Malkuth en tant que Schekina (c'est le terme pour Présence divine). Malkuth est le niveau le plus bas de l'Arbre, celui où l'on rend l'âme, mais avec la Shekinah le plus bas devient comme le plus élevé, Malkuth devient le Royaume! Selon René Guénon, la Shekinah est la synthèse des Sephiroth. Le Christ mort (muté) et ressuscité peut être assimilé à la Présence divine manifestée pour l'humanité."

Je reprends mon bâton de pèlerin, je retourne à son étude, dynamisée par ton analyse d'une telle profondeur et pertinence que je la publie ainsi en message à part entière, comme une collaboration à mon travail.

AJOUT LE 12 Février 2013

Schéma du chemin de croix et de l'Arbre des Sephirot

ch 1

ch 2

Ch 3

Posté par chantsdamour à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



« Début   3  4  5  6  7  8  9  10  11  12    Fin »